Prébiotiques et probiotiques

Des compléments santé visant à prévenir les maladies et inconforts digestifs par l’absorption de « bonnes » bactéries ou de fibres permettant leur développement.

RÉSUMÉ DU COMPLÉMENT

Pour quoi ? Santé
Pour qui ? Tout le monde
À quel prix ? €€ (modéré)
2

Définition des Prébiotiques et probiotiques :

Notre flore intestinal se décompose en flore de putréfaction, ou sont les « mauvaises » bactéries, et la flore de fermentation, ou se trouvent les « bonnes » bactéries.

Les prébiotiques (oligosaccharides et polysaccharides) sont des sucres complexes qui vont servir de souche pour les bonnes bactéries. Les prébiotiques ne sont pas digérés dans l’intestin grêle. Ils sont présents dans certains fruits et légumes ou peuvent être obtenus par hydrolyse des polysaccharides ou encore grâce à une réaction chimique enzymatique de disaccharides.

Les probiotques sont quand à eux un ensemble de bonnes bactéries, qui se trouvent dans les produits laitiers fermentés ou encore dans la levure de bière. Il faut faire attention à plusieurs détails comme leur résistance à l’acidité de l’estomac, ou encore le fait qu’elles doivent être encore vivantes, sinon leur efficacité sera nulle.

La nutrition des sportifs va favoriser la flore de putréfaction, en effet la forte consommation de protéines va augmenter le nombre de « mauvaise » bactéries au détriment des « bonnes ». Consommer des biotiques va donc permettre d’éviter des pathologies et des problèmes digestifs, et il ne faut pas oublier que notre intestin joue un rôle important dans notre système immunitaire.

A quoi servent les Prébiotiques et probiotiques ?

La santé d’un athlète est un paramètre important de sa progression, en cas de maladie ou de blessure, l’entraînement devra être réduit ou stoppé, les performances en seront également affectées et la progression sera donc ralentie. Les problèmes de santé sont nombreux chez les athlètes, notamment au niveau des organes digestifs et du système immunitaire en général. L’intestin renferme une grande part du système immunitaire du corps, la répartition de la flore intestinale a donc un impact majeur sur la santé et également sur la digestion, une prolifération de mauvaises bactéries peut par exemple entraîner des diarrhées. La flore intestinale produit également certaines vitamines, sert de défense contre certaines pathologies et permet une bonne assimilation des nutriments notamment.
Un sportif doit donc se soucier, pour conserver une bonne santé comme une bonne performance, de sa santé, et notamment de sa flore intestinale. Cet aspect digestif va être aussi important pendant une prise d’une masse que pendant une sèche. Pendant une prise de masse, il vous permettra de moins souffrir de troubles digestifs dus à l’augmentation du volume calorique, et pendant la sèche vous pourrez ainsi « optimiser » chaque aliment consommé, et vu que les volumes alimentaires sont faibles pendant cette période, il est important que chaque aliment soit bien digéré pour en tirer le maximum de bénéfices.

Il s’avère que les athlètes, notamment d’endurance, ont souvent des problèmes digestifs, voire des saignements gastro-intestinaux. En effet lors d’un effort, le sang afflux vers les muscles et quitte le système digestif, réduisant jusqu’à 80% la quantité de sang irriguant les organes digestifs. Le manque d’oxygène puis son brusque retour à la fin de l’entraînement peut ainsi causer des dégâts, et la déshydratation aggrave le phénomène. L’effort physique va également réduire les défenses immunitaires du corps pendant quelques heures. À noter de plus que l’alimentation pour la musculation, et principalement pendant la prise de masse, à cause des prises alimentaires importantes et fréquentes, peut fatiguer le système digestif

Afin de réduire ces troubles et de renforcer le système immunitaire, il convient d’augmenter le nombre de bonnes bactéries en se supplémentant en pré et probiotiques, qui sont prouvés pour être efficaces pour réduire les diarrhées, les ballonnements et d’autres pathologies. De plus, cela réduirait également les risques de certains cancers. Ces biotiques ont un caractère unique et ne sont pas remplaçables par un autre complément, cependant la glutamine a également un impact positif sur la santé des organes digestifs.

Etat de la recherche scientifique :

Ces produits sont actuellement en plein essors notamment dans l’alimentation, par exemple les yaourt modifiés pour augmenter pour leurs statut en probiotiques. Il s’avère que la supplémentation réduit les risques de problème digestifs, mais n’aide en rien à améliorer la performance.

Usage des Prébiotiques et probiotiques :

Qui peut utiliser les Prébiotiques et probiotiques ?
Ces produits s’adressent à tous les pratiquants afin de réduire les risques de maladies digestives ou les soigner.

Comment utiliser les Prébiotiques et probiotiques ?
Ces compléments sont à manger avec les principaux repas, il faut éviter de les prendre seuls. Leurs consommation peut être quotidienne sans effet indésirable. Les dosages varient beaucoup selon les objectifs et pathologies, il est donc conseillé de prendre les doses recommandées sur les boîtes.

 

Note et intérêt des Prébiotiques et probiotiques par FitReview:

La note attribuée à ce type de produit basée sur un ratio intérêt/coût/état de la recherche est : 2 / 5.
Ces produits sont efficaces contre les problèmes digestifs, mais ce type de problème est surtout présent chez les sportifs en endurance, de plus la supplémentation en biotiques n’améliore ni la performance, ni la croissance musculaire, et ce à un prix élevé. Enfin il est difficile de se procurer des produits de qualité, par exemple les probiotiques sont souvent dénaturés par de mauvaise conditions de transport ou de conservation.

L’avis du coach / nutritionniste :

Voici l’avis de Julien Venesson, consultant spécialisé en nutrition et auteur du livre « Nutrition de la Force»

« Une bonne alimentation est riche en végétaux et donc en fibres, qui jouent le rôle de prébiotiques, équilibrant naturellement notre flore intestinale. Les probiotiques sont donc plutôt utiles dans un cadre pathologique, par exemple en conjonction avec un traitement antibiotique. Ma note : 2,5/5. »