Normes, processus qualité et certifications HACCP, conformité à l’étiquette, ou encore tests antidopage sont quelques-uns des éléments à prendre en compte pour vous assurer de la qualité des compléments alimentaires pour la musculation que vous consommez.

En dehors de la composition, du goût, ou des effets ressentis (tout cela étend fortement subjectif) un autre élément important à prendre en compte pour juger de la qualité d’un complément alimentaire pour le sport est de regarder sa qualité de fabrication.
Quand on parle de qualité de fabrication, on ne parle pas de la qualité de la matière première, ni la composition, mais des procédés de qualité et de sécurités qui sont suivies lors du processus de fabrication en usine, mais aussi des normes qui sont respectées, ou des tests qui sont réalisés sur les produits finis. Ces éléments sont essentiels, car ils sont objectifs, ils permettent de vous garantir de l’innocuité des compléments alimentaires pour la musculation que vous ingérez, mais aussi de vous prévenir contre d’éventuelles tromperies (dopage, contenu dans le pot qui ne corresponde pas au contenu annoncé, etc. ). Pour pouvoir juger la qualité d’un complément alimentaire et d’une marque de nutrition sportive, il faut donc prendre en compte ces éléments !

Avant de débuter, une chose étonnante à souligner : à part le respect du process HACCP, tous les autres ne sont pas obligatoires. Il appartient donc aux marques de décider si elles veulent aller un peu plus loin que les simples obligations, pour garantir aux consommateurs des produits d’une qualité maximale et d’une sécurité sans faille.
Mais tout cela a un coût, qui renchérit bien souvent le produit final. Chaque test, chaque certification, augmente le coût de fabrication de votre supplément. Mais c’est la seule solution pour avoir une vision indépendante de la qualité d’un complément alimentaire.

Qualité de fabrication en usine

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point : c’est une démarche de contrôle de la fabrication à chaque étape critique, pour plus de maîtrise du processus global. C’est la base de la gestion de la sécurité. Le respect de cette démarche est obligatoire, mais la certification attestant ce respect ne l’est pas. Donc a priori, toutes les sociétés de compléments alimentaires qui opèrent en Europe respectent a minima cette démarche.

ISO 22 000 : inclu HACCP et l’étend avec une garantie que les procédés de fabrication sont les mêmes partout dans le monde pour ce même produit, en associant en plus tous les fournisseurs ou sous-traitants directs ou indirects qui interviennent lors du processus de fabrication, pour garantir là aussi un meilleur contrôle global, et des process standardisés même entre différents sites de production

GMP : Good Manufacturing Practices / cGMP : certification GMP : inclu HACCP pour les process de fabrication, mais aussi une garantie sur le choix de la composition des produits : sans danger pour la santé, pas de contamination croisée (en cas d’usine produisant aussi des médicaments par exemple), conformité à l’étiquette, …  Cela signifie que le fabricant s’engage à ce que tous ces éléments soient respectés, mais cela ne veut pas forcément dire qu’il fera un test de conformité à l’étiquette de tous les compléments alimentaires sortants de son usine

FSSC 22 000 : Food Safety System Certification 22 000 : ce protocole créé par la Foundation for Food Safety Certification (aussi propriétaire de l’HACC) à pour but d’étendre et de compléter l’ISO 22 000 ;

Ensuite Il y a aussi des normes plus ou moins équivalentes qui existent et qui varie en fonction des pays, et des réglementations :

BPF : Bonnes pratiques de fabrication : équivalent de GMP

BRC Global Standard & IFS : utilisé par certaines marques Anglaises, attribue des notes.

Qualité du produit final

Ici, on va regarder trois tests complémentaires :

La conformité à l’étiquette :  comme son nom l’indique, l’objectif est de certifier que le contenu de votre complément alimentaire correspond bien à ce qui est noté sur l’étiquette. Le laboratoire fait donc une recherche de chacun des ingrédients, pour confirmer s’il est bien présent, et au bon dosage. Bien sûr il existe une légère tolérance.

Test de stabilité : pour vérifier qu’au cours de sa vie, de son stockage, … le produit reste bio-disponible, et que le principe actif ne se dégrade pas, et reste présent dans les quantités initiales. Par exemple, la vitamine C ou les omégas 3 sont des nutriments qui peuvent se dégrader. Il faut donc s’assurer que l’emballage, aussi bien que le produit en lui-même, ou la composition du comprimé ou de la gélule permette de garder la qualité du produit tout au long de sa date de validité. Pour s’en assurer, certaines marques prennent en compte une dégradation moyenne, et donc surchargent le produit dès l’origine, pour être certain d’avoir au moins la dose annoncée en fin de vie.

Test de microbiologie / toxicologie : pour vérifier qu’il n’y a pas eu de contamination microbienne, virale, bactérienne … au cours du processus de fabrication. D’un point de vue sanitaire, c’est un test vraiment intéressant,  Aussi bien pour votre santé, que sur la conservation du produit. En effet, un complément alimentaire qui aurait été contaminé par une bactérie au cours de son processus de fabrication sera très rapidement dégradé et impropre à la consommation. Vous n’aurez plus qu’à le jeter.

Le but étend bien sûr que tous ces tests soient faits de manière régulière, si possible sur chaque lot de fabrications. Plus ces tests sont fréquents, et plus les produits seront fiables. Et bien entendu, c’est aussi bien mieux si ils sont faits par un laboratoire indépendant, au lieu d’être réalisés en interne par le fabricant.

Et les tests anti-dopage ?

En priorité, le test antidopage s’adresse en priorité aux sportifs qui concourent dans des fédérations procédant à des dépistages, quel que soit le sport pratiqué bien sûr.

Mais l’utilité de ce type de test peut être largement étendue à tous ceux qui se soucient de leur santé, et qui souhaitent avoir des produits sans risque de ce point de vue. Cela permet ainsi de s’assurer que le fabricant n’utilise pas volontairement des substances dopantes, mais aussi :

– Qu’il n’y a pas eu de contamination involontaire au cours du processus de fabrication, par exemple à cause d’un défaut d’hygiène de la chaîne de production,

– Qu’il n’y a pas eu de contamination accidentelle, volontaires ou malveillantes lors de ce processus.

Donc quel que soit son niveau en musculation, que l’on soit un compétiteur ou non, les tests antidopage peuvent être un élément important de la qualité d’un produit.

Attention : toutes les substances dopants ne sont pas testées, seuls les plus courantes le sont. Ce n’est pas un scan total de tout le complément alimentaire pour savoir s’il n’y a rien d’autre que les ingrédients annoncés, mais c’est une recherche substance par substance pour vérifier si elle est présente ou non.

Pour aller plus loin

La démarche HACCP

Lorsque l’on achète de la nourriture, on est tous sensible à la qualité de fabrication, de stockage ou encore aux dates limites d’utilisation[…]

lire la suite

La certification GMP

Savoir que le produit fini est testé, c’est bien. Mais savoir qu’il l’est à chaque étape pour en garantir une qualité homogène, c’est mieux. C’est[…]

lire la suite

La  norme ISO 22000

ISO 22000 valide au niveau international que tous les maillons de la chaine de production (depuis le produit brut au produit final[…]

lire la suite